Note de conjoncture troisieme trimestre 2006
Article mis en ligne le 29 octobre 2013
par Ahmat Youssouf Ali
Imprimer logo imprimer

<media144|vignette|legende=complete>
Les perspectives macroéconomiques s’annoncent assez mitigées pour l’économie nationale. L’indice de la production industriel connaît un bond de 125% en variation trimestrielle. L’indice des prix à la consommation est en progression de 6% en lien avec l’augmentation des postes viandes et poissons (10%) et tubercules, légumes et fruits 9%. A fin septembre 2006 déjà, l’inflation moyenne était de 8,6% par rapport au même niveau un an plus tôt et pourrait avoisiné le niveau de 7,9% de l’année dernière à fin 2006. Il faut noter à cet effet que, l’évolution du niveau général des prix suit régulièrement celle des produits de consommation alimentaire notamment produits vivriers.
La production du pétrole en baisse depuis le quatrième trimestre 2005 s’est stabilisée ce troisième trimestre 2006.
Pour ce qui est des finances publiques, A fin septembre 2006, les recettes budgétaires ont atteint 316 674 millions contre 197 847 millions à la même période un an plus tôt soit une performance de 60,06%.
Cela représente un taux d’exécution de 82,53% par rapport à un objectif de 383 691 millions pour l’année 2006.
Du côté des dépenses, à fin septembre 2006, on enregistre 235 775 millions contre 79 109 millions un an plus tôt soit une hausse de 198,04%. En terme d’exécution budgétaire cela représente 43,10% pour un objectif de 547 043 millions.
Pour l’avenir, au niveau de la demande intérieure, la consommation privée serait quelque peu freinée par le maintien des tensions inflationnistes suscitées par la hausse des prix des produits liés aux festivités de fin d’année. Cependant, ce retard serait atténué par la reprise des décaissements, par la Banque Mondiale, des fonds destinés au financement des projets de développement. En revanche la demande extérieure augmenterait en liaison avec la hausse des exportations du coton, de bétail sur pieds et du pétrole brut.
Du côté de l’offre, au niveau du secteur primaire, les difficultés alimentaires observées au second trimestre pourraient persister au troisième trimestre 2006 en raison de l’allongement de la période de soudure.
Dans le secteur secondaire, les activités des Brasseries du Tchad, de la CST et de la Manufacture des Cigarettes du Tchad devaient continuer leur progression en liaison avec la diversification de la production, la réalisation d’investissements visant à l’amélioration des rendements industriels et de la qualité de la production. Dans le secteur des bâtiments et travaux publics, l’activité se stabiliserait en rapport avec les difficultés récurrentes de paiement de l’Etat.
Dans le secteur tertiaire, les activités commerciales notamment celles des automobiles et de la distribution pharmaceutique connaîtraient une stabilité du fait de la concurrence du secteur informel.



puce Plan du site puce Contact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © SITE INTERNET INSEED - Tous droits réservés
Site réalisé par BL
Version :